Les Balkans: 1ère partie

Nous avions prévu de traverser les Balkans dans l’autre sens, celui du retour vers la France. Mais on ne choisi pas toujours le sens de son voyage. Ce faisant, nous avons adoré ces pays surprenants et surtout leurs habitants. Entre Orient et Occident, découvrez en quelques lignes, deux mois de périple au cœur des Balkans !

P_20180713_110100Commençons par la Slovénie, porte d’entrée du monde slave quand on vient de Venise. Nous n’y resterons que quatre jours. On la surnomme la «Suisse des Balkans». D’habitude, nous nous méfions des raccourcis pompeux. Cette fois-ci, c’est pourtant vrai mais sans l’élévation du niveau de vie suisse. D’emblée, la Slovénie donne une réelle impression de pureté. L’air y est pur. Les rivières aussi. Propreté et organisation semblent être les maîtres-mots de cette jeune nation, complètement intégrée dans l’UE. De nombreuses cigognes ont élu domicile sur les toits des vieilles granges de bois, de jolis vergers servent d’abris pour les ruches multicolores. Loups, ours et lynx hantent les bois. Encore faut-il s’éloigner de la côte pour apprécier tout l’aspect naturel de cette contrée verdoyante que l’on confond souvent avec la Slovaquie.

IMG_0089

Les habitants, quoique discrets, s’appliquent à décorer maisons, fontaines, abris-bus, commerces et stations-service avec soin. C’est mignon et c’est calme. C’est verdoyant et… montagneux ! Dans un décor très vosgien, nous suons à grosses gouttes entre les collines couronnées de sapins. Ça sent la résine dans les bois, les chardons violets tapissent les vallées . Nous ne comprenons rien à la langue mais heureusement, le Slovène amicale utilise souvent quelques mots d’italien pour traduire sa langue qu’on ne parle que dans ce petit pays. Une pluie froide nous repousse de l’autre coté des Alpes dinariques, versant Croate.

P_20180629_112351

IMG_0064

Coupe du monde 2018 de football. Encore une fois, nous n’avons pas choisi… Avec les Croates, nous assistons avec joie à l’ascension irrésistible de l’équipe de France en pleine traversée de ce pays à la forme biscornue. Nous évitons Zagreb la capitale, et nous hasardons non sans quelques craintes sur la côte adriatique, que l’on dit splendide et découpée mais aussi touristique et surpeuplée. C’est vrai qu’il y a beaucoup de touristes en été mais c’est normal car c’est beau, il y fait chaud, à l’heure de l’apéro !

IMG_0105

De Rijeka à Zadar, de très belles cités côtières fortifiées et médiévales parsèment le littoral Croate, héritage de la présence vénitienne. Nous avons été envoûtés par celle de Rab, nous pourrions citer Krk. La mer turquoise et tiède laisse entrevoir la présence de nombreux oursins. Près de Lopar, à la pointe Saint-Nicolas, nous dégotons par surprise une petite crique secrète, seulement connue des pêcheurs et des contrebandiers. Une petite chapelle orne le vallon en bord de mer. Ce sera notre coin de paradis pour la nuit !

P_20180701_191942

P_20180701_200230

IMG_0179

Les maisons de la côte laissent toujours place à une petite pergola envahie par la vigne. Le soir, on y sirote gaîment des petits verres de liqueur de prune ou de raisin, surtout quand la Croatie engrange les victoires ! Nous prenons le traversier pour rallier les petites îles entre elles. Même en vélo, un méchant cagnard tente de nous terrasser mais l’ombre de vieux oliviers centenaires nous sauve du dessèchement. Des murets de pierre à perte de vue, quelques troupeaux et… l’ambiance electro-tuffeur sur l’île de Pag. Il en faut pour tout le monde mais nous nous rangeons volontiers côté berger plutôt que jet-set déjantée.

IMG_0239

IMG_0218

IMG_0227

P_20180702_164729

IMG_0279

L’occasion (en or!) de faire de belles rencontres autour du prétexte du football est trop belle. Nous n’y manquerons pas. De retour sur le continent, nous empruntons les pistes de l’intérieur vers Knin. Quelques impacts de balles annoncent la frontière bosnienne toute proche. Les Croates se sont beaucoup battus et sont fiers de leur pays.

IMG_0353

Nous ne sommes pas des Serbes de Croatie ! s’exclame Nikkos, dans un anglais parfait. Il travaille aux chemins de fer, elle bosse dans les champs à récolter les immortelles. Soir de match, soir de bière ! Ensemble, ils nous expliquent (en version croate…) avec patience les ressentiments d’hier, les inimitiés d’aujourd’hui et les années de guerre de leur jeunesse. On croirait entendre des vieux de 80 ans parler des « boches ». En fait, ils ont notre âge. Comme ils sont accueillants, ils nous installent dans la caravane du jardin et nous comblent des délices locaux. Hrvala puno, merci beaucoup !

P_20180707_124517

IMG_0374

Plus loin, alors que la route s’élève et que la nuit arrive, nous sommes à demi-perdus dans le maquis. Les falaises d’un rio presque sec nous entraînent dans l’aridité des montagnes, toutes pelées, toutes soumises au règne du soleil implacable. Mais Providence, une bonne-sœur nous donne la bonne direction ! C’est finalement chez elle que nous finirons la soirée, grillons et cigales mêlant leurs partitions estivales dans le crépuscule rougeoyant. Les poules dorment déjà, on rappelle les chiens égarés, les moutons sont à l’abri. On est à la campagne, les touristes ne viennent pas jusque là. Un voisin nous rafraîchit d’une bière et… que le meilleur gagne ! Givéli ! A ta santé!

IMG_0335

IMG_0305

IMG_0316

Beaucoup de ruines, beaucoup de villages désertés, les enfants sont rares et les routes constellées de trous. Nous sommes loin des fastueuses Split et Dubrovnik. C’est une Croatie plus affable, plus authentique que nous rencontrons et cela nous plaît ! Des figues, du miel, 2L de liqueur : nous quittons souvent les personnes rencontrées avec les sacoches pleines à craquer. Les habitants, curieux et chaleureux, proposent spontanément un café, une poignée de main. Ils parlent de l’Europe, un peu de la guerre et surtout du foot : on aime !

Vidimo se : On se reverra ! Merci la Croatie !

Dobro dosli Bosna-y-Herzegovina !

P_20180707_193422

Bienvenue en Bosnie-Herzégovine ! Oui, nous savons… Ce nom résonne encore des affreuses années de guerre qui ont ensanglanté l’ex-Yougoslavie de 1992 à 1996. Comme beaucoup d’occidentaux, nous ne savons rien de ce conflit fratricide quand nous entrons dans le pays. Nous ne savons pas qu’il a opposé croates (catholiques), serbes (orthodoxes) et bosniaques (musulmans). Un seul et même peuple slave, une seule langue, une même histoire, trois directions différentes. On ne refera pas la guerre. Mais afin de mieux comprendre l’état d’esprit du pays, il faut avoir quelques notions d’histoire récente. Pour saisir chez qui nous sommes accueillis, il faut s’intéresser aux communautés que nous traversons.

Un garçon blond aux yeux bleus peut-être un jeune musulman tandis qu’une fille au teint halé peut appartenir à la fraction orthodoxe. Extrêmement déconcertant. C’est comme si la Bosnie s’amusait à nous déstabiliser en permanence.

P_20180712_153848_1

P_20180708_181124

P_20180711_175307

C’est pourtant dans un paysage bucolique que nous débarquons à Drvar, peuplée majoritairement de Serbes. Mais toujours en Bosnie. Vous suivez ? Vieux bâtiments post-yougo, alphabet cyrillique et monastère orthodoxe. En remontant vers le nord, nous sommes heureux de découvrir les belles chutes de la rivière Una, encore préservées des flux touristiques de masse, tout comme la Bosnie en général.

P_20180708_184502

Plus loin, c’est Kulen Vakuf, village bosniaque endormi, à peine réveillé par le chant du muezzin, à l’heure du zenit. L’Islam d’ici se vit « soft » : pas de voile, les gens ne comprennent pas l’arabe, l’alcool est en vente libre, les filles portent des robes fleuries et courtes. D’ailleurs, nous qui nous croyons à l’abri des coups de rakja (liqueur de prune, juste 40 C°) en pays musulman: erreur ! On nous en propose constamment, comme chez Mehmet et son épouse. Au départ, nous ne demandions que de l’eau : ils sortent la glacière, la théière, la cafetière, le saucisson (du bœuf, faut pas déconner!), le fromage et nous racontent leur vie d’expatriés aux USA et nous montrent leur élevage de lapins. Enfin, ils nous donnent de l’eau et nous libèrent !

IMG_0493

La même journée près de Bosanski Petrovac, nous rencontrons une famille Bosniaque très agréable devant le match France-Belgique. Nous y goûtons nos premiers cafés turc (avec mouture, s’il vous plaît !) et savourons un byrrek, pâte feuilletée fourrée au fromage. Nous dormons à la maison. Les hommes sont taiseux, les femmes s’affairent autour de nous, les enfants nous observent méticuleusement. Nous sommes le jour-anniversaire du massacre de Srebrenica et une mère nous parle du drame. Nous écoutons, sans prendre parti. Écouter les histoires des uns et des autres, parfois tragiques, souvent heureuses, fait aussi parti du voyage. Et puis le matin venu, un dernier café et nous repartons vers le sud comme des oiseaux migrateurs.

IMG_0507

A kljuc, l’axe de roue avant de Thibaut se brise. Il faut réparer. Autour de nous, que des sapins et d’effrayants panneaux indiquant la présence de mines. Pas le moment d’aller pisser dans le bois ! Nous réussissons à gagner la ville et rencontrons par hasard Mehmet. A croire que tout les Bosniaques s’appellent Mehmet ? Ce dernier se plie en quatre pour nous trouver un nouvel axe de roue, quitte à ce que cette pièce mécanique provienne d’une roue de brouette. Il nous accueille à la maison et nous montre son tableau de chasse : sangliers, cerfs, même des loups ! Il nous montre son passeport US, sa maison ex-prison, ses arbres fruitiers, ses citrouilles, les photos de sa nièce restée aux USA, son rucher et la citadelle de la ville, dernière trace de la présence Ottomane dans ces montagnes.

IMG_0512

P_20180712_142838

IMG_0520

IMG_0529

Près de Travnik, nous repassons en zone Croate et la finale de la coupe du monde approche. Déballage de drapeaux, fini les mosquées, bonjour les églises. Le changement soudain de culture et de religion est parfois déconcertant. Accompagnés de deux cyclistes allemands, nous allons à la quête de l’eau. Comme d’habitude, nous n’arriverons pas à quitter la maison qui nous reçoit à l’improviste. La famille Velte, d’une chaleur humaine enviable, nous réserve un accueil incroyable.

Bernard, alias « Birro », un des hommes de la famille, nous fait don de quelques explications sur la situation :

Nous sommes de culture Croate catholique, mais nous sommes de Bosnie. Nous voulons construire un pays ensemble, avec les Serbes et les Bosniaques. Il faudra du temps et des gens nouveaux. Il n’y a pas eu de réconciliation ici, il faut du temps. C’est possible, regardez-vous, maintenant les allemands sont vos amis !

Ce soir-là, sous les étoiles, avec les petites filles pétillantes et la mamie contente, nous buvons l’incontournable rakja et nous endormons dans les draps frais apprêtés par la famille. Comble de complicité, la famille nous demande avant de partir de choisir un nom pour le chaton nouveau-venu : il s’appellera Karibu, bienvenue en swahili !

IMG_0622

Sarajevo. Ville olympique, ville martyrisée, ville ressuscitée ! Il y a 25 ans, le demi-frère de Mylène portait un casque bleu durant le siège de la ville. La boucle est bouclée, place à l’avenir ! Il demeure ces trous de mortiers, ces impacts sur les murs , ces ruines d’un autre âge, celui de la guerre pendant laquelle Sarajevo, autrefois florissante, fut le point de cristallisation de toutes les rancunes, de toutes les haines. Elle existent encore mais sont en sourdine, en secret. On ne s’aime pas mais on accepte de vivre l’un à coté de l’autre, sans se mélanger. Sarajevo est une ville musulmane. De nombreux personnes venues de la péninsule arabique y déambulent, toutes de noir vêtues. Seuls les yeux sont visibles. Ce n’est pas la Bosnie, ces femmes fantomatiques et ces barbus en tee-shirt. Étrange…

P_20180715_200243

Sarajevo et son théâtre reconstruit, ses dédales de bars turcs et les bains du même nom. La rumeur de l’appel à la prière, les boutiques branchées new-wave, une mini-jupe à tribord, un grand boulevard à l’européenne, une flamme du souvenir, des façades comme bouffés par les mites, un vieux cimetière ottoman, une boite de nuits, de tristes immeubles en béton soviétique, une cathédrale gothique, des infrastructures olympiques et un parfum de narguilé. Sarajevo, ville se voulant multiculturelle. Sarajevo ressuscitée !

P_20180715_194347_1

IMG_0669

Nous quittons la ville et sa vallée pour nous rendre en zone Serbe, voisine du Montenegro. Cette partition du pays s’appelle d’ailleurs « République Serbe de Bosnie » mais n’est reconnue que par la Serbie au niveau international. Comme on s’en doutait, malgré une première phase toujours plus timide, les Serbes vont se montrer, eux aussi, d’un formidable accueil. Près de Foca, nous sommes littéralement happés par Dole et Jelena, orthodoxes et amateurs de rakja à la poire, pour changer…

Explications du voyage, détours par la politique, la météo, la France, la coupe du monde et finalement… il fait nuit. Demander de l’eau dans les Balkans n’a jamais été aussi long : une nuit en général ! Cette fois-ci, ils nous offrent carrément la maison voisine. Douche chaude et une cargaison de concombres à l’appui. On ne rigole pas avec l’hospitalité par-ici !

– Allez jusqu’en Chine et repassez nous voir l’année prochaine ! s’exclame Dole quand nous le quittons. Nous serons dès le lendemain à la frontière Monténégrine, sous les orages et dans des pentes démentes.

IMG_0703

L’hospitalité dans les Balkans n’est pas une légende. Elle est vivace, désintéressée et spontanée. Elle est teintée par l’Histoire pesante et se donne à ceux qui se détournent des chemins trop touristiques. C’est le point fort que nous garderons de notre passage dans ces 3 pays slaves. Formidables Balkans ! Tant d’entre-nous recherchent un dépaysement à l’autre bout du monde quand nous pouvons découvrir un bout du 19eme siècle à 1500 km de nos frontières, dans une paix redevenue sereine, dans une nature parfaitement intacte, dans des pays véritablement accueillants.

IMG_0499

Nous pourrions vous parler des lacs bleus du Montenegro, de l’accueil des Albanais ou des Macédoniens, de la méconnue et ravissante Bulgarie. Mais c’est une autre histoire, celle du prochain article. Toujours dans les Balkans, sur la route d’Istanbul !

IMG_0578

4 réflexions sur “Les Balkans: 1ère partie

  1. Bisous à tous les deux : QUE C’EST BEAU, on rêve les yeux ouverts en parcourant les lignes de ce texte merveilleusement écrit émaillé de photos choies avec le ressenti de votre Cœur. On comprend entre les lignes l’espoir d’un peuple de se réconcilier. Je retrouve votre bonheur de partager la vie authentique de vos hôtes. Je vous embrasse très fort, MERCI de continuer à nous donner cet espoir de vie.
    Lionel

    J'aime

  2. salut les jeunes toujours le même plaisir à suivre vos aventures et la découverte de paysages sublimes, bonne continuation faites nous rêver. On vous embrasse. Parrain DOMY et MICHELE.

    J'aime

  3. Bonsoir les grands voyageurs !🌍
    Vous êtes merveilleux ,vos récits surprenants et toujours dans une grande vérité. ..Nous nous enrichissons grâce à vous .Merci Merci
    Heureux de voyager avec les capsules dans la joie et la bonne humeur 😃et de partager une bière 🍻et qq verres de calva des Balkan !
    Avec modération évidemment.
    Ici les parisiens 🗼sont de retour ,la folie và reprendre ….!métro boulot dodo au programme.bises de Paris sous le 🌞

    J'aime

  4. On ne se lasse pas de vos récits de voyage. Les photos sont choisies avec tact et harmonie. Nous sentons bien qu’il sera très difficile pour vous deux de ne pas avoir envie à l’avenir de retourner dans certaines contrées où l’accueil , les paysages , la culture et l’ouverture d’esprit vous auront formidablement marqués. L’Asie est de l’autre côté de cet étranglement d’eau de mer , vous ressentez sans doute déjà les parfums d’autres pays , les voix d’autres peuples , en redoutant peut être déjà l’idée d’un retour au pays pour continuer d’autres aventures professionnelles et personnelles.Mais c’est encore loin tout çà n’est ce pas . Profitez, roulez , si çà peut encore rouler .Bisous .

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s