Le printemps en allemand !

40 000 kilomètres, 30 mois de voyage et quelques crevaisons nous séparent maintenant du départ de ce périple à travers le monde. Et c’est en Allemagne, splendide Allemagne, que nous décidons de (re)prendre pied en Europe, notre cher vieux continent.

IMG_1685

Quelle mouche nous a piqués ? Quelle folie nous a frappés pour choisir, sciemment, d’atterrir en Allemagne ce 20 avril dernier ? S’il n’y avait que le décalage horaire, ce serait trop facile. Deux ans et demi loin du monde occidental et vlan !… Wilkommen in Deuschland ! Après le Mexique et Cuba, débarqués-latinisés-ébouriffés dans le pays le plus organisé du monde : ça c’est du rock ! Nous avons beau être occidentaux, on a pris une vraie claque dès la sortie de l’aéroport. Ce n’est pas une marche culturelle qui nous attend, c’est un gouffre. Nous aimons les défis…

IMG_8410

Nous atterrissons à Cologne-Bonn. Il y a de la wifi dans le hall bagage et les gens jettent leurs déchets dans les poubelles. Remontage de vélos récalcitrants, ils n’aiment pas voyager en avion. Ils sont fait pour le plancher des vaches, comme Thibaut. On s’échappe de l’aéroport mais très vite un constat nous rattrape : impossible de prendre l’autoroute en vélo. C’est interdit en Europe. Première nouvelle !

Le réchaud réclame sa part d’essence. Livraison minimale : 5L. Nous proposons à une dame 1€ symbolique contre 0,6L d’essence. Elle prend peur et demande à l’aide ! Dans quel pays sommes-nous tombés pour que les gens soient aussi apeurés ?

Nous poursuivons vers Cassel à travers les campagnes de Westphalie et de Hesse. Partout, du matin au soir, le spectacle de la Nature est absolument magnifique. Le printemps fait exploser de couleurs les champs, les vergers, les forêts. Même les villes industrieuses ont leur bac à fleur ! Le coucou chante, les cigognes reviennent, la rumeur des clochetons résonne dans les petits bourgs joliment restaurés. D’immenses champs de pâquerettes tapissent les vallons. Les blancs bouleaux et de grands sapins austères couronnent les collines les plus hautes. Nous osons l’écrire: ce pays est tellement beau, qu’on se demande presque ce que nous cherchions si loin en Afrique ou dans les Amériques ? Jaune colza, rouge coquelicot, mauve lilas, hêtres verts, le tableau est franchement réussi.

IMG_1790

Quel bol d’air pur nous offre l’Allemagne. Tout y est propre, entretenu, prévu, organisé, pensé, réfléchi, codifié, facilité. Nous n’avions plus l’habitude d’une telle rectitude. Nous sommes surpris de constater que l’on peut complètement traverser le pays sur piste cyclable. Les fermes sont couvertes de panneaux solaires, les feux rouges sont unanimement respectés, les automobilistes nous doublent avec 4 mètres de large. Le goudron est impeccable, les gens utilisent leurs clignotants et les berlines sont légions. Dans les ruisseaux, l’eau est d’une clarté inouïe (on la boit sans crainte !), il y a des Kinder pas chers dans les rayons et les sportifs sentent la lessive. La boulangerie est pleine à craquer, il y a des coiffeurs pour chiens. Il y a toutes les tailles de pneus chez Décathlon, les tracteurs sont guidés par satellite et les flash-codes se trouvent à tout les coins de rue. Il y a des tondeuses automatiques. Les vélos sont électriques, les villes sont indiquées et… les sangliers traversent (presque) sur les passages cloutés. Déroutant !

IMG_1654IMG_8460IMG_8475

Revers de la médaille, à force de vouloir tout préparer et/ou tout prévoir, on ne sait plus faire en cas d’imprévu. L’imprévu ? C’est nous ! Nous, et nos vélos usés. Et nos dégaines de pèlerins. Près de Cassel, pour la première fois du voyage, on nous refuse l’eau. Les caissières ferment leurs tiroirs à notre passage, les gens nous reniflent discrètement dans les files d’attentes. Personne ne se parle dans les villages, mais de toute façon la plupart du temps, les villages sont vides. Quelques vieilles Germaines nous espionnent derrière la dentelle des fenêtres où trône invariablement une orchidée derrière la vitre des maisons à colombage. Les enfants sont rares, les bâtisses centenaires richement décorées. Pas de bling-bling ici, plutôt très smart. On fait tâche avec nos chemises mexicaines et cet irrépressible langue qui fourche tout en espagnol ! Nous sommes franchement pris pour des vagabonds.

IMG_1745

Beauté de la Nature, fraîcheurs des rapports. Nul ne s’aventure à nous parler. Tout le monde va au travail, va à sa tâche, les yeux rivés, obnubilés sur le téléphone. Tout le monde est poli mais la barrière de la langue et le conformisme ont eu raison de toute fantaisie. Korrect ?!? Nous sommes vite abasourdis par la rigueur des rapports humains. Point positif cependant et pas des moindre, nous campons où nous le voulons et les feux de camps ont repris de plus belle depuis notre retour en Europe. En plus, ça éloigne les loups, véridique !

IMG_1734IMG_8435IMG_8419

En ville par contre, il ne faut pas s’attendre à la plus grande joie de vivre. Austérité germanique ? A Schmallenberg, Audi brise la glace et nous invite chez elle. D’une très grande générosité, elle nous régale et nous abreuve tandis que la bise souffle dehors. Elle nous confie gentiment avoir retiré nos torchons du fil à linge, “ça peut faire peur dans le village…”. Audi est aussi une voyageuse et comprend notre démarche mais nous confirme que le conformisme ouest-allemand n’est pas chose vaine dans le pays. Les sacoches pleines de victuailles et de nouvelles chambres à air, nous repartons regonflés, presque avertis. Merci à elle, qui a voulu être différente !

IMG_8364

Dans les environs de Nuremberg, nous découvrons avec stupeur que les poubelles des supermarchés regorgent (le mot n’est pas trop fort) de nourriture encore saine, parfaitement comestible. Tablette de chocolat brisée: poubelle ! Tomates non-conformes: poubelle ! Paquets de pâtes périmés de la veille: poubelle ! Étiquette de fruits secs mal collée: poubelle ! Quel gaspillage… Autant vous dire que nous avons mangé beaucoup de saucisson pour fêter nos retrouvailles avec la baguette. Nous avons pu trinquer pour la première fois depuis longtemps au vin de Bavière avec délice ! Mais que serait l’Allemagne sans la bière ? A Bomberg, le 1er mai est l’occasion de savourer quelques chopines au milieu des champs de houblon et en musique, entre Thuringe et Ingolstadt.

IMG_8492IMG_8511IMG_8502

Munich! Manque de pot, nous sommes loin de la grande fête d’octobre ! Organisation allemande, nous sommes éberlués de pouvoir parcourir la ville intégralement sur piste cyclable. Le sens du civisme en Allemagne rend la circulation en ville, et la vie publique en général, d’une grande fluidité.

IMG_8583IMG_8576

A l’horizon pointent déjà les premiers sommets alpins. Bad Tolz est derrière nous et les laçets s’entortillent devant nous. Nous sommes à cinq kilomètres de la frontière autrichienne. Les Alpes encore enneigées sont magnifiques.

IMG_8808IMG_1909

A cet instant, rien en nous préparait à LA rencontre. Une rencontre du troisième type. Nous avons rencontré un extra-terrestre dans les Alpes ! E.T en cuissard cycliste. Un allemand venu d’ailleurs. D’une autre planète. Punk, chauve, sec comme un coup de tri…, une énergie monumentale. Nous rencontrons Ralph, lui aussi en vélo, mi homme-mi ours à deux pas de la frontière, que l’on franchit d’ailleurs sans aucun contrôle. Originalité européenne semble t-il, et pour cause, le poste frontière est a vendre ! Ralph a beaucoup voyagé puisqu’il a déjà rallié Dresde à Singapour en moins d’un an seulement, intégralement en vélo. Ce soir, il assiste à un concert à Munich en Allemagne mais il nous confie les clefs de son studio à Innsbruck en Autriche ! Il nous rejoindra le lendemain ! Ce mec est un dingue, un sur-homme. Et vous savez quoi ? Puisqu’il est Vegan, il ne mange que des graines ! 320km en deux jours dans les Alpes et quand il revient – accrochez vous ! – il nous invite à boire des binouzes dans un bar anarchiste. Jamais fatigué, toujours un sourire, un anglais parfait, un colosse en culotte de velours ! Sacré Ralph ! D’une douceur infinie, plein de conseils avisés sur la longue route de l’Asie, Ralph avec sa gueule de Skinhead, est un ange, un saint ! Viele Danke “Superguide !”.

IMG_8772IMG_8775

Nous découvrons Innsbruck grâce à l’hospitalité de notre hôte. Allongée au soleil frémissant du printemps, la ville est ceinturée par les cimes. Les façades deviennent plus colorées, un brin de fantaisie animant enfin l’architecture des villes tyroliennes. Un toit d’or couvre même l’un des plus anciens édifice de la ville. Bijouterie, joaillerie, horlogerie, Innsbruck est une ville de bon goût et de plaisirs raffinés. Le classicisme a disparu, l’esprit y est plus baroque.

IMG_8798IMG_8753IMG_1900IMG_1875

L’Inn, rivière vertébrale de la vallée, est un torrent quand nous attaquons les premiers lacets du col du Brenner, menant vers le versant italien. Nous avons la chance de pouvoir caresser du regard ces alpages où les sonnailles des vaches retentissent de loin en loin dans la vallée. Tyrol: petits villages de montagne où chalets proprets et églises bohèmes se côtoient depuis que les Alpes sont les Alpes. Ici une petite fontaine offre une eau cristalline (et glaciale!), là un troupeau se hâte de rentrer à la bergerie avant la nuit, la figure de l’Edelweiss semble être l’emblème regional. Les sapins ont remplacé les bouleaux, des géants de pierre et de glace nous surplombent. Magnifique Tyrol autrichien, superbe écrin de Nature préservée au cœur du massif alpin. Plus bucolique que le Tyrol, c’est impossible. Nous le conseillons à tous ! Le col du Stelvio, mythique, est encore pris dans les neiges. Nous nous replions sur le col fonctionnel du Brenner, moins mythique certes mais plus facile. La suite de l’histoire ? Elle est en Italie…

N’ayez pas peur !”

Jean-Paul II

IMG_8415

3 réflexions sur “Le printemps en allemand !

  1. Toujours aussi captivant vos récits ! Heureusement sur votre route il y a de bonnes Etoiles ,et vous avez bcp de reconnaissance envers toutes ces personnes Bravo.quel contraste avec la Amérique du sud !!
    Le régime pâte à toutes les sauces vous tend les bras* viva Italia*
    Bonne route
    Yalla !comme disait Soeur Emmanuelle
    Qui ne manquait d Energie…..
    Salutations à notre Pape !
    François pour les intimes

    J'aime

  2. coucou les globe trotteurs …
    vous voila revenus « plus près de nous  » et pourtant on est presque nostalgiques de vos récits a l autre bout du monde .!!!..certes la campagne est jolie au printemps avec ses pissenlits et ses marguerites.. ses prairies avec vue sur les montagnes encore enneigées ….je pense que voir notre environnement quotidien nous fait forcement moins rêver que ces belles images des pays que vous venez de parcourir depuis votre départ !!!..comme vous le dites l hospitalité n est pas ce que l on fait de mieux en Europe ..peut être que nos voisins germaniques gardent encore de vieilles rancœurs sait on jamais !!!
    bon cela permet au moins de trouver des pneus neufs et des petites culottes neuves pour Mylène plus facilement ..!!
    l Italie vous a permis aussi de revoir la famille et dieu sait que cela est important chez eux ..la mama et tutti quanti …!!!
    bonne route pour la suite …et même si on connait un peu plus ces contrées ..votre œil exercé et vos récits passionnants vont encore nous en apprendre et nous faire voyager !!!
    on vous embrasse fort et prenez soin de vous ..
    gigi

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s