Un voyage en France

Pan!

Il est 14h26 quand nous quittons enfin la cour intérieure de la caserne de sapeurs-pompiers de Paris dans laquelle nous avons eu la chance immense de travailler ensemble depuis plusieurs années. C’est dans cette corporation unique que nous avons pu nous rencontrer, preparer notre voyage et assouvir , au passage,  nos envies d’action dans les camions rouges. Et quels souvenirs nous garderons de ces années tumultueuses vécues dans ce monde de l’intervention et de l’urgence ! Mais surtout celui de l’amitié dans l’effort et de l’esprit de corp !  Les commenter serait trop long et le voyage a deja débuté…

C’est donc ce 7 novembre 2015 , dans un debut d’apres midi de banlieue parisienne, grisouille et frisquet, que nous commencons de rouler, ou plutot de nous arracher de 100 amitiés fétées la veille jusque tard dans la nuit. Et que ce départ fut dur et…larmoyant ! Imaginez : une cinquntaine de copains de « baroud » vous saluent une derniere fois, entourés par les camions rouges de la caserne toutes sirenes hurlantes, applaudissant en rythme votre passage en haie d’honneur pour une sortie par la grande porte. Ca vous fouette le sang !

P1020685[1]

Pan ! Le compteur est lancé ! Déja 1 klm. Les derniers fidèles nous accompagnent jusqu’au sommet de notre premieire ascension, celle de la butte Montmartre. Tout un programme : serpenter le long du canal de l’Ourcq, se faufiler dans les rues de Barbes, escalader les flancs du sacré Coeur avec nos vélos de 35 kilos entre les touristes du monde entier… Un dernier clin d’oeil à Paris, une derniere accolade à nos accompagnateurs et amis et nous voila maintenant en route vers les beaux quartiers parisiens et Versailles où nous attend notre premier hôte, Arnaud P. et sa famille. Passage devant le château du roi soleil et déjà au chaud après une première journée hyper-concentrée en émotions. Quelques rhums pour en parler nous aiderons à nous coucher au milieu de la nuit en compagnie de Jean R. sorte de dernier des Mohicans de nos accopagnateurs qui nous ouvre la route jusqu’à Rambouillet.

IMG_7460[1]

Période de rodage oblige, quelques cliquetis et frottements nous ralentissent un peu en ce tout début de voyage quand nous atteignons enfin Rambouillet ou après une ultime biere, nous « relâchons » Jean, moyennant là encore quelques rougeurs sur nos cornées et grésillements de voix. C’est maintenant la Bauce qui nous attend : platitude jusqu’à Chartres et sa magnifique cathédrale, acceuil chez nos amis Sandra et Fred à Novillier aux portes du Perche, continuation de notre périple jusqu’au pays d’Alençon où la monotonie des paysages est seulement eclairée par une superbe rencontre : celle d’Isabelle P. qui nous décharge aimablement de 13kilos de materiel non indipensable, nos vélos etant décidement bien trop lourds. Nous recherchions de la confiance pour faire parvenir nos affaires jusqu’a nos parents, nous l’avons trouvé. Spontannée, Isabelle nous propose d’envoyer par colis notre superflu pendant que nous continuons notre voyage. Qui a dit que les français etaient egoistes?… Belle rencontre.

IMG_20151121_114340[1]

L’Orne nous laisse passer en douceur et nous parvenons pres de la citadelle de Domfront , où nous entrons en Normandie. Une longue étape nous méne jusqu’au cotentin d’ou Mylene est originaire, 100 % Normandy! Week-end en famille et passage (obligé) par le Mont St Michel.

P1020754[1]

Mickael, compere breton vient nous chercher sur la rive guauche du Couesnon pour nous emmener dans son hameau pres de Dole de Bretagne. Descente rapide vers Rennes chez Seb T. et sa famille et bifurcation vers l’Anjou après une visite de la capitale armoricaine. La pluie nous rattrape (la première depuis 15 jours)  quand nous sommes acceuillis chaleureusement un soir chez Therese et Marcel, chaleureux couple en pleine reconstruction d’un corps de ferme en pleine campagne: chapeau bas !

IMG_7524[1]

Angers voit notre détour par l’Anjou pour celebrer avec Mathieu et Isa L. notre pelerinage dans le pays des vins de Loire. Mal de tête à l’aube et crampe dans les mollets nous accompagneront le lendemain jusqu’a Cholet, traversant coteaux du layon et Chemillé sous une pluie battante. Détrempés, nous arrivons en pays Choletais où des amis des amis,  Emilie et Guillaume, nous hebergent généreusement pour un soir de retrouvailles entre nos hôtes de la veille et ceux du lendemain. Nous semblons persque nous transformer en traits d’union. Il pleut des halebardes quand nous quittons les portes de Vendée pour nous diriger vers Niort et le Poitou. Journée glacée mais rechuaffée au final par l’extreme hospitalité de Fred et Seb D.dans le village de Moncoutant, dans les Deux Sevres. Tomates des Andes, studio pour deux jours, vin d’epine et chaleur humaine nous demontrent une fois de plus les superbes qualités des français que nous rencontrons sur notre chemin. Ce sentiment est exacerbé à l’heure où nous cheminons dans un pays touché et attérré par la terreur des attentats. Ces tueries donneront à notre début de voyage une consonnance sourde et délicate dans la traversée des campagnes de France.

IMGP3494[1].JPG

Cap maintenant vers le sud-ouest où l’etape charentaise chez Mathieu et Maddy B. nous rempli de pineau et de cognac en tout genre, repas familale, bains à bulle et même entrainement de foot avec l’equpe senior du patelin! Courbaturés mais ravis, nous nous dirigeons vers Blaye et la Gironde quand notre itineraire stoppe un soir sa course chez le maire du village de Mazion ! Nous sommes décidement entre de bonnes mains. Merci madame le maire et Elpidio pour votre acceuil impromptu mais apprécié. Le medoc et son vignoble suivi des Landes de Gascogne nous surprennent en exces de vitesse dans les longues, tres longues lignes droites d’Aquitaine entre  les pins et les grands lacs de Biscarrosse et la lunaire dune du Pilat.

IMGP3515[1]

IMGP3550[1]

La famille de Thibaut s’est réunie autour d’un rhum (oui, nous on aime le rhum!…) pour expliquer au neveu l’art de voyager seulement sur deux roues et nous voila déja repartis vers le sud et avec le soleil cette fois ci. Des petit pins, des grand pins, toujours des petits pins , une ritournelle bien rodée quand nous touchons enfin les rives de l’Adour et Bayonne où nous sommes litteralement receuillis par nos hôtes du moment, le cousin de Mylene, Fabien L et son coloc’ Damien, tout deux étudiants heureux sur la douce cote basque. Et merci pour l’ordi’, sinon cet article ne serait jamais sorti de ma tête !

Aujourd’hui, nous esperons franchir la frontiere à San Sebastian, que dis-je, Donastia en langue basque !  Nous quittons febrilement le bercail vers l’hispanitude en direction de Gibraltar. Ce voyage en France, en novembre 2015, nous a enseigné comme les familles, amis et inconnus peuvent se montrer d’une simplicité, d’une générosité et d’une hospitailité remarquable. Pourvu que ça dure…

Prochain post : Maroc ? Pour fin janvier 20…16 !

P1020779[1]

2 réflexions sur “Un voyage en France

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s